Monthly Archives:décembre 2017

EVANGILE ET ACTUALITE – Echos de la session du 16 décembre 2017

Déc 29, 17
alain
, ,
No Comments

 Rappel sur le “Parcours Évangile et actualité”

Il s’agit, au long de l’année, de lire un évangile dans sa totalité (aucun prérequis nécessaire) et de découvrir, dans notre actualité, dans la vie, cette parole même. Il s’agit donc de faire se rejoindre l’actualité et l’Évangile : l’actualité est celle de la vie, l’Evangile, une page de vie.

Parcours divisé en cinq étapes, chacune s’achevant par une rencontre un samedi matin (voir dates ci-dessous), au cours de laquelle sont partagées, entre autres, les découvertes de chacun : un verset de la partie d’évangile associée à l’étape, verset éclairé, incarné dans un fait d’actualité.

Pour cette lecture, chacun est invité à respecter une « clé » de lecture (cette année : risques- sécurité), ce qui évite la dispersion et amène à approfondir davantage la découverte de l’évangile.

En 2017 – 2018 le support  sera l’évangile de Matthieu et la clé de lecture : risques – sécurité ;

Les rendez-vous à venir : de 9 h à 13 h 30, les samedis 27 janvier 2018 (chapitres 13 à 18), 24 mars 2018 (chapitres 19 à 23) et 26 mai 2018 (chapitres 24 à 28).

 

Echos de la séance du 16 décembre 2017

Le Lien déc 2017

Au fil des contributions …

Temps de prière

4ème dimanche de l’Avent : Dieu entre dans notre maison …

Déc 29, 17
alain
, , ,
No Comments

Quatrième dimanche de l’Avent

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

 Mot d’accueil

Bonjour ( bonsoir). Vous êtes tous accueillis en ce 4e Dimanche de l’Avent.

L’Évangile de ce jour nous parle d’une rencontre inattendue. L’ange Gabriel rentre dans la maison de Marie qui,  surprise, voire bouleversée, l’accueille car elle reconnaît l’action de Dieu  dans cette visite.

Que cet accueil de Marie nous fasse réfléchir le long de cette célébration, nous rappelant notre fil conducteur de l’Avent : le devoir d’hospitalité, agrandir l’espace de notre maison, représenté dans notre crèche évolutive.

Vous êtes invités à la regarder  de près, avant de quitter la chapelle et invités  à lire le texte qui l’accompagne.

Nous allumons la quatrième bougie de la couronne de l’avent. Lanterne, symbole de l’hospitalité.

Texte de réflexion

À quoi bon la douce lueur de la crèche

          Si chez nous, nous sommes indisponibles à celles et ceux que nous prétendons aimer ?

          Si, à deux pas de chez nous, les banlieues s’embrasent, les sans-abris meurent de froid ?

          Si, à des milliers de kilomètres de chez nous, des peuples s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la misère, sous les coups de boutoirs aveugles de la mondialisation.

          Il nous faut, pour devenir « Sentinelles de Noël », accepter de vivre la féconde tension entre prière et action, intériorité et engagement, lutte et contemplation.

          Car pour venir naître en ce monde, Dieu a besoin de nos cœurs et de nos mains. C’est à nous de transformer ce monde, pour qu’il devienne la crèche de sa Divine Présence.

          Oui, l’Avent nous convie à la lutte, au combat, humain et spirituel – en nous et autour de nous – afin de rendre cette terre « divinement habitable » !

          Notre tâche de pèlerins en marche vers la Nativité est d’essayer d’offrir un peu de paille chaude, en nous et autour de nous, à la divine Promesse.

          Demandons-nous ce que nous faisons du don de la foi, cette force tellurique de l’amour qui nous sortira de nous-mêmes pour nous projeter vers toutes ces « périphéries » où l’homme attend que nous lui tendions la main et le cœur.

Bertrand  REVILLION, diacre permanent, journaliste et écrivain.

Prière universelle

R/ Viens Seigneur, viens nous sauver !

 -« Marie a trouvé grâce auprès de Dieu ». Seigneur, nous te confions toutes les femmes enceintes. Qu’elles puissent se réjouir de leur grossesse à l’image de Marie et d’Elisabeth.

 -R/ Viens Seigneur, viens nous sauver !

 -«L’Esprit Saint viendra sur Marie et la prendra sous son ombre ». Seigneur, nous te confions les femmes à bout de courage,  abusées, battues, blessées, désespérées.

R/ Viens Seigneur, viens nous sauver !

Par l’ange Gabriel, Dieu rentre dans la maison de Marie. Seigneur, fais que  chacun se sente accueilli, avec ses différences, quand il rentre dans une église, que chacun participe ainsi à la vie quotidienne, à la préparation, au déroulement des célébrations,  en toute confiance. Que nos églises soient des lieux ouverts à la rencontre, à l’hospitalité.

Dimanche 17 décembre – L’Avent, temps des lentes maturations

Déc 18, 17
alain
,
No Comments

Troisième dimanche de l’Avent

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

Texte de réflexion

La première manière d’apprendre à veiller, c’est de retrouver le sens de l’attente !

Oui, vivre l’Avent,

c’est oser vivre enfin le temps des lentes maturations, des fécondes gestations,

c’est réapprendre à marcher, pas à pas, vers notre humanité,

c’est briser l’enchaînement frénétique du temps trop vide parce que trop plein,

c’est faire, en soi, au plus intime de son mystère d’homme, de la place à l’avènement de l’Inattendu.

Bertrand  REVILLION, diacre permanent, journaliste et écrivain

Mot d’accueil

Bonjour (bonsoir) à vous tous. Vous êtes joyeusement accueillis en cette célébration du 3e Dimanche de l’Avent,  Dimanche de Joie, les textes nous le répètent : « réjouissez –vous ».

Redécouvrons les sources de la vraie joie, dans l’expérience intime comme dans le service des autres.

Rappelons-nous le fil conducteur de l’Avent que nous avons choisi de représenter  dans la crèche évolutive de cette année : le devoir d’hospitalité ; Agrandis l’espace de ta tente.

 Cette semaine, l’accueil à notre table comme nous allons le chanter en chant d’envoi : «  laisserons-nous à notre table un peu de place à l’étranger ? Trouvera-t-il quand il viendra un peu de pain et d’amitié ? »

Nous allumons la lanterne, symbole de l’hospitalité dans notre couronne de l’Avent.

Prière universelle

Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi.

La joie est signe de ton Royaume à venir.  Seigneur, donne-nous la grâce d’être optimistes et de vivre joyeusement notre existence.

 Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi.

La fraternité universelle est un signe de ton Royaume à venir.  A l’approche de Noël,  aide-nous à nous montrer solidaires de ceux qui se sentent tristes et nostalgiques, loin de leurs familles, dans la solitude.

 Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi.

Envoie, Seigneur ton esprit de lumière sur notre nouvel archevêque, soutiens-le dans sa mission. Nous te rendons grâce pour les années de ministère de son prédécesseur.

Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi.

Dimanche 10 décembre – “Un ciel nouveau et une terre nouvelle où régnera la justice”

Déc 09, 17
alain
,
No Comments

Deuxième dimanche de l’Avent

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

 Mot d’accueil

«Ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice»

En ce deuxième dimanche de l’Avent, c’est le dernier verset de la deuxième lettre de Pierre que nous avons choisi de mettre en exergue sur notre feuille de célébration.

Belle promesse à annoncer haut et fort comme nous dit Isaïe. Le psaume et l’évangile le disent aussi. Au milieu des conditions difficiles de notre réalité à chacun, laissons cette parole s’épanouir en nous et transformer nos cœurs pour nous préparer à Noël en nous sentant héritiers de ce projet en tant que fils et filles de Dieu notre Père.

Texte de réflexion

 Vivre l’Avent, … c’est une « gymnastique de l’âme » qui comporte au moins deux exercices :

– Veiller, c’est d’abord mesurer l’urgence qu’il y a pour nos vies à s’arrêter enfin devant Dieu. L’Avent nous convoque impérieusement à trouver, dans nos agendas, du temps « pour rien », du temps apparemment sans efficacité, du temps enfin « gratuit », « vide », un vide que Dieu pourra enfin emplir de sa présence. Veiller, c’est donc d’abord trouver le temps de la prière, le temps de se re-cueillir, de se « cueillir à nouveau », de se re-centrer sur l’essentiel.

– Veiller, c’est aussi se faire « bien-veillant » aux êtres et au monde qui nous entourent. Veiller, c’est « sur-veiller » la douleur du monde, comme le lait sur le feu, afin qu’elle ne déborde pas…Veiller, c’est « veiller au grain », faire en sorte que celles et ceux que nous croisons ne « crèvent » pas de faim, de solitude, d’injustice, d’oubli, de racisme, d’exclusion sociale, de manque d’amour…

Bertrand  REVILLION, diacre permanent, journaliste et écrivain

 

Prière universelle

R/ Seigneur, entends la prière qui monte de nos cœurs 

 -Le prophète Isaïe dit : « Consolez, consolez mon peuple » ; En ce temps de l’Avent, donne, Seigneur, une raison d’espérer à tous ceux qui doutent de l’avenir, à ceux qui souffrent des guerres, des injustices, de la violence.

R/ Seigneur, entends la prière qui monte de nos cœurs !

 -Le prophète Isaïe dit : « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez son chemin » ; A nous tous chrétiens, rappelle-nous Seigneur que le chemin vers toi se prépare, qu’il n’ y a pas de paix ni de justice sans que nous y prenions notre part.

R/ Seigneur, entends la prière qui monte de nos cœurs !

-Seigneur, nous te confions ceux qui dans leur vide spirituel ne voient dans cette fête de Noël que le mirage de la consommation. Ouvre leurs cœurs à ta lumière.

Le Notre Père, de la tentation à l’épreuve

Déc 04, 17
jerome
No Comments

Tout serait de la faute de saint Jérôme ! C’est lui, à la fin du IVe siècle lorsqu’il a rédigé la Vulgate (la version latine de la Bible), depuis le texte hébreu pour l’Ancien Testament et le texte grec pour le Nouveau Testament), qui a traduit la formule grecque «Mè eisenenkès hèmas eis peirasmos»p ar la formule latine «Ne nos inducas in tentationem». Depuis lors, le mot «tentation» est resté dans toutes les traductions du Notre Père en français. Ce contre quoi s’élève le dominicain Patrick Jacquemont. Selon ce spécialiste de patristique, au couvent Saint-Jacques à Paris, le mot grec peirasmos aurait dû être traduit par «épreuve». Car c’est bien à «l’épreuve de la foi, la plus grande épreuve», que Jésus faisait allusion. Et c’est en ce sens qu’il conseillait à ses disciples de s’adresser au Père, quand ceux-ci lui demandaient de leur apprendre à prier.

lire la suite…

paru dans La Croix des 2-3 décembre 2017

Dimanche 3 décembre – 1er dimanche de l’Avent

Déc 03, 17
alain
,
No Comments

Premier dimanche de l’Avent

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

Texte de réflexion

Nous rentrons dans une période heureuse, un temps de veille : l’Avent.

Pendant les quatre dimanches avant Noël nous sommes invités à réfléchir sur le devoir d’hospitalité.

Marie va offrir l’hospitalité de son corps à l’enfant Jésus.

Joseph, rassuré par l’ange, va abriter en toute confiance ce fils adoptif.

L’étable et sa paille vont offrir un hébergement  d’urgence   à cette famille si démunie.

Le pays d’Egypte donnera l’hospitalité au couple d’exilés avec enfant.

Quant à nous,  Dieu le Père nous invite à lui offrir l’hospitalité à notre tour. Quand nous accueillons notre prochain, c’est  lui que nous accueillons.

Sommes-nous prêts à offrir l’hospitalité en toute confiance à l’enfant Dieu ?

Quatre dimanches pour nous préparer à élargir l’espace de notre maison, de nos cœurs.

Que notre veille active porte du fruit.

Prière universelle

 R/ Sur la terre des hommes, fais briller, Seigneur, ton amour !

-Seigneur, veille avec amour sur tous ceux qui attendent dans la joie ou dans l’angoisse la venue d’un enfant. Sur ceux qui espèrent l’enfant qui ne vient pas.

R/ Sur la terre des hommes, fais briller, Seigneur, ton amour !

-Seigneur, veille avec amour    sur tous ceux dont l’attente est vitale : malades, chômeurs, solitaires sans amour ni amitié.

R/ Sur la terre des hommes, fais briller, Seigneur, ton amour !

-Seigneur, veille avec amour     sur notre communauté, que malgré ses difficultés elle ait un regard d’espérance et témoigne de la force de la prière.

R/ Sur la terre des hommes, fais briller, Seigneur, ton amour !