Author Archives: alain

EVANGILE ET ACTUALITE – Echos de la séance du 23 mars 2019

Avr 13, 19
alain
, , ,
No Comments

Echos de la séance du 23 mars 2019:

Pour débuter …

Au fil des contributions

Méditation 

Rappel sur le “Parcours Évangile et actualité”

Il s’agit, au long de l’année, de lire un évangile dans sa totalité (aucun prérequis nécessaire) et de découvrir, dans notre actualité, dans la vie, cette parole même. Il s’agit donc de faire se rejoindre l’actualité et l’Évangile : l’actualité est celle de la vie, l’évangile, une page de vie.

Parcours divisé en cinq étapes, chacune s’achevant par une rencontre un samedi matin, au cours de laquelle sont partagées, entre autres, les découvertes de chacun : un verset de la partie d’évangile associée à l’étape, verset éclairé, incarné dans un fait d’actualité.

Pour cette lecture, chacun est invité à respecter une « clé » de lecture, ce qui évite la dispersion et amène à approfondir davantage la découverte de l’évangile.

L’expérience – ce sera le 16e parcours proposé – nous conduit à affirmer que la richesse de la démarche est immense, mais qu’elle demande le respect d’une certaine ascèse de méthode (un seul verset, la clé) et celui des consignes matérielles pour les rencontres.

Notre programme 2018-2019

Le support : évangile de Marc
La clé de lecture : Ecouter
Les rendez-vous : au 4 boulevard Edgar Quinet, 75014 PARIS
de 9 h à 13 h 30, les samedis
10 novembre 2018 (chapitres 1 à 3)
15 décembre 2018 (chapitres 4 à 6)
26 janvier 2019 (chapitres 7 à 10)
23 mars 2019 (chapitres 11 à 13)
25 mai 2019 (chapitres 14 à 16).

Réponse du Pape François à notre texte “Pour une évolution du langage de la foi”

Mar 17, 19
alain
, ,
No Comments

Réponse du Pape François au texte envoyé par le groupe de la Chapelle Saint Bernard

« Pour une évolution du langage de la Foi »

 

Le 26 octobre 2018, le groupe constitué dans le cadre de la Chapelle Saint Bernard (Paris), « pour une évolution du langage de la Foi » a reçu, de la Secrétairerie d’Etat du Vatican, la lettre suivante :

Messieurs, chers amis,

La lettre accompagnée de votre contribution ; « Pour une évolution du langage de la Foi », que vous avez adressée à sa Sainteté le pape François, lui est bien parvenue. Il m’a chargé de vous en remercier. Le Saint Père vous assure de sa prière pour vous ainsi que pour tous vos proches.

Comme il l’a écrit dans l’exhortation apostolique « Evangelii Gaudium », si quelque chose doit saintement nous préoccuper et inquiéter notre conscience, c’est que tant de nos frères vivent sans la force, la lumière et la consolation de l’amitié de Jésus-Christ, sans une communauté de foi qui les accueille, sans un horizon de sens et de vie (n 49) » Aussi, en confiant vos personnes et votre réflexion au Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie,, pour qu’il vous aide à « mieux communiquer la vérité de l’Evangile dans un contexte déterminé » (ibidem 45), en fidélité à la foi reçue des Apôtres, le Saint père vous bénit de grand cœur, ainsi que tous vos proches. Il vous demande aussi de prier pour lui et pour sa mission. Soyez assurés, Messieurs, chers amis, de mon dévouement, dans le Seigneur.

Mgr Paolo Bergin, assesseur

Destinataires. Cette lettre était adressée à MM. Alain Goy et Alain Vivet, qui sont respectivement l’animateur du groupe de travail et le rédacteur du texte, mais aussi, bien entendu, à tous les membres du groupe.

Remarques. Au-delà des remerciements et bénédictions qu’il leur adresse, les membres du groupe apprécient que le Pape, par la plume de son assesseur, fasse référence, à deux reprises, au texte de l’exhortation apostolique « Evangelii Gaudium » et qu’il les associe ainsi à tous les évangélisateurs, auxquels cette encyclique est destinée. Il nous conforte aussi dans la mission que nous nous sommes donnée, celle de mieux communiquer la vérité de l’Evangile dans le « contexte » où nous nous trouvons, c’est-à-dire celui d’une société dont le langage a considérablement évolué au cours des derniers siècles.

De plus, en nous invitant à « rester fidèles à la foi reçue des Apôtres », le Pape François veut, sans doute nous conforter dans l’orientation que nous avons adoptée depuis le début, à savoir celle de rechercher la vérité du Christ dans les textes aussi proches que possible de la vie et de l’expérience des apôtres, plutôt que dans certains développements ultérieurs, trop éloignés de cette époque, et donc moins fiables. En nous recommandant, de manière très spéciale, la lecture d’ Evangelii Gaudium, qui contient des conseils fort utiles pour mieux comprendre la vérité des textes  provenant du temps  des apôtres (cf. § 147) ,François montre qu’il comprend et approuve notre démarche, qui s’inspire aussi de celle de Joseph Moingt dans son dernier ouvrage  ( L’esprit du Christianisme ).

 

Lien sur le texte”Pour une évolution du langage de la foi” :

Pour une évolution du langage de la foi 2017 10 22

EVANGILE ET ACTUALITE – Echos de la séance du 26 janvier 2019

Fév 16, 19
alain
, , ,
No Comments

Echos de la séance du 26 janvier 2019:

Parlons nous …

Au fil des contributions

Visages … 

A l’écoute de la parole des plus fragiles – avec Guy Aurenche

Rappel sur le “Parcours Évangile et actualité”

Il s’agit, au long de l’année, de lire un évangile dans sa totalité (aucun prérequis nécessaire) et de découvrir, dans notre actualité, dans la vie, cette parole même. Il s’agit donc de faire se rejoindre l’actualité et l’Évangile : l’actualité est celle de la vie, l’évangile, une page de vie.

Parcours divisé en cinq étapes, chacune s’achevant par une rencontre un samedi matin, au cours de laquelle sont partagées, entre autres, les découvertes de chacun : un verset de la partie d’évangile associée à l’étape, verset éclairé, incarné dans un fait d’actualité.

Pour cette lecture, chacun est invité à respecter une « clé » de lecture, ce qui évite la dispersion et amène à approfondir davantage la découverte de l’évangile.

L’expérience – ce sera le 16e parcours proposé – nous conduit à affirmer que la richesse de la démarche est immense, mais qu’elle demande le respect d’une certaine ascèse de méthode (un seul verset, la clé) et celui des consignes matérielles pour les rencontres.

Notre programme 2018-2019

Le support : évangile de Marc
La clé de lecture : Ecouter
Les rendez-vous : au 4 boulevard Edgar Quinet, 75014 PARIS
de 9 h à 13 h 30, les samedis
10 novembre 2018 (chapitres 1 à 3)
15 décembre 2018 (chapitres 4 à 6)
26 janvier 2019 (chapitres 7 à 10)
23 mars 2019 (chapitres 11 à 13)
25 mai 2019 (chapitres 14 à 16).

 

 

EVANGILE ET ACTUALITE – Echos de la séance du 10 novembre 2018

Déc 04, 18
alain
,
No Comments

Rappel sur le “Parcours Évangile et actualité”

Il s’agit, au long de l’année, de lire un évangile dans sa totalité (aucun prérequis nécessaire) et de découvrir, dans notre actualité, dans la vie, cette parole même. Il s’agit donc de faire se rejoindre l’actualité et l’Évangile : l’actualité est celle de la vie, l’évangile, une page de vie.

Parcours divisé en cinq étapes, chacune s’achevant par une rencontre un samedi matin, au cours de laquelle sont partagées, entre autres, les découvertes de chacun : un verset de la partie d’évangile associée à l’étape, verset éclairé, incarné dans un fait d’actualité.

Pour cette lecture, chacun est invité à respecter une « clé » de lecture, ce qui évite la dispersion et amène à approfondir davantage la découverte de l’évangile.

L’expérience – ce sera le 16e parcours proposé – nous conduit à affirmer que la richesse de la démarche est immense, mais qu’elle demande le respect d’une certaine ascèse de méthode (un seul verset, la clé) et celui des consignes matérielles pour les rencontres (voir au verso).

Notre programme 2018-2019

Le support : évangile de Marc
La clé de lecture : Ecouter
Les rendez-vous : au 4 Boulevard Edgar Quinet,
de 9 h à 13 h 30, les samedis
10 novembre 2018 (chapitres 1 à 3)
15 décembre 2018 (chapitres 4 à 6)
26 janvier 2019 (chapitres 7 à 10)
23 mars 2019 (chapitres 11 à 13)
25 mai 2019 (chapitres 14 à 16).

Echos de la séance du 10 novembre 2018:

Fais silence et écoute …

Au fil des contributions

Visages …

 

 

Dimanche 2 décembre – 1er dimanche de l’Avent

Déc 04, 18
alain
, ,
No Comments

Dimanche 2 décembre 2018 – 1er dimanche de l’Avent.

Messe célébrée au 110 rue de Vaugirard

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

Mot d’accueil

Vous êtes tous bienvenus.

          Dimanche 2 décembre, nous entrons dans le temps de l’avent. Nous sommes réunis pour célébrer une « promesse de bonheur » nous dit le prophète Jérémie ( et notre amie Odile Hornik nous l’explique dans le mot d’accueil qu’elle a écrit pour cette célébration en 2012, voir ci-dessous)

          Belle promesse de bonheur à annoncer haut et fort. Au milieu des conditions difficiles de notre réalité à chacun, laissons cette Parole s’épanouir en nous et transformer nos cœurs, pour nous préparer à Noël,  en nous sentant héritiers de cette promesse en tant que fils et filles de Dieu notre Père et Mère.

          En allumant la première bougie de la couronne de l’avent, que le désir de la venue du Sauveur se réveille en nous.

Texte de méditation

« Debout devant le Fils de l’homme »

           Le monde est sombre, le monde est triste, la peur fait partie de la condition humaine : l’Evangile d’aujourd’hui nous le rappelle. Mais, mes amis, sommes-nous rassemblés ce matin pour faire un tel constat de désespoir et nous laisser aller à l’abandon ?

          Non ! Nous sommes ici pour célébrer une « promesse de bonheur », nous dit Jérémie. Un événement vient, le plus extraordinaire, le plus émouvant, le plus heureux qu’il nous sera donné de vivre : Dieu se révèle, Dieu se donne un visage, Dieu nous ressemble ! Cet enfant que nous allons porter pendant quatre semaines, que nous portons tous, qui que nous soyons, nous ne lui avons pas donné la vie, c’est lui qui nous la donne, pour vivre, espérer, croire maintenant, aujourd’hui et pour l’éternité. Nous sommes bien les acteurs choisis pour faire advenir et croître au jour le jour, l’amour de nos frères et sœurs et le meilleur du monde.

          Dans cette chapelle consacrée à Saint Bernard, imprégnons-nous de ce qu’il écrivit il y a 1000 ans déjà :

« L’amour ne veut pas d’autres fruits que lui-même. Son vrai fruit c’est d’être ».

 Odile Hornik, mot d’accueil pour le 1er Dimanche de l’Avent 2012

PRIÈRE UNIVERSELLE

R/ Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

-La promesse du droit et de la justice faite à Jérémie est toujours à recevoir et à mettre en œuvre. Nous connaisons l’immense besoin de droit et de justice de notre monde. Que, avec la force de ton amour, Seigneur, nous nous engagieons en actions concrètes.

R/Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

-En ce mois de décembre, le pape François nous invite à prier avec les personnes engagées au service de l’intelligence de la foi, qu’elles trouvent un langage pour aujourd’hui dans le dialogue entre  les cultures.

R/Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

-En cette période hivernale,  nous te confions, Seigneur, les personnes qui dorment dans la rue,  celles qui ne mangent pas à leur faim, celles qui ne peuvent pas se soigner, celles qui s’inquiètent pour l’avenir, celles qui n’arrivent plus à faire confiance. Sois pour elles la lumière, Seigneur.

R/Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

Les samedis de St Bernard 2018-2019 – Parcours ÉVANGILE et ACTUALITÉ

Nov 03, 18
alain
,
No Comments

Si pour vous l’Évangile n’est pas une histoire du passé,

si vous sentez son lien avec le présent, avec votre quotidien, mais aussi avec l’actualité du monde.

Rejoignez le parcours Évangile et actualité

ponctué par 5 rencontres les samedis matins de 9h à 13h30 les

10 novembre 2018, 15 décembre 2018, 26 janvier 2019, 23 mars 2019 et 25 mai 2019

Lieu de rencontre :

Aumônerie catholique japonaise

4 bd Edgar Quinet 75 014 Paris

Un parcours Évangile et actualité ?

Il s’agit, au long de l’année, de lire un évangile dans sa totalité (aucun prérequis nécessaire) et de découvrir, dans notre actualité, dans la vie, cette parole même. Il s’agit donc de faire se rejoindre l’actualité et l’Évangile : l’actualité est celle de la vie, l’évangile, une page de vie.

Parcours divisé en cinq étapes, chacune s’achevant par une rencontre un samedi matin, au cours de laquelle sont partagées, entre autres, les découvertes de chacun : un verset de la partie d’évangile associée à l’étape, verset éclairé, incarné dans un fait d’actualité.

Pour cette lecture, chacun est invité à respecter une « clé » de lecture, ce qui évite la dispersion et amène à approfondir davantage la découverte de l’évangile.

L’expérience – ce sera le 16e parcours proposé – nous conduit à affirmer que la richesse de la démarche est immense, mais qu’elle demande le respect d’une certaine ascèse de méthode (un seul verset, la clé) et celui des consignes matérielles pour les rencontres (voir au verso).

Notre programme 2018-2019

Le support : évangile de Marc
La clé de lecture : Ecouter
Les rendez-vous : au 4 Boulevard Edgar Quinet,
de 9 h à 13 h 30, les samedis
10 novembre 2018 (chapitres 1 à 3)
15 décembre 2018 (chapitres 4 à 6)
26 janvier 2019 (chapitres 7 à 10)
23 mars 2019 (chapitres 11 à 13)
25 mai 2019 (chapitres 14 à 16).

Dimanche 23 septembre 2018 – Accueillir …

Oct 03, 18
alain
,
No Comments

Dimanche 23 septembre 2018 – 25ème dimanche du temps ordinaire.

Messe célébrée au 110 rue de Vaugirard

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

Accueillir

 En bon pédagogue, Jésus joint le geste à la parole.

 Il prend un enfant, autrement dit le dernier de tous dans la société de son époque. Il le place au milieu des Douze.

Il l’embrasse, ce qui est la forme éminente de l’accueil d’un hôte dans sa maison.

Accueillir : le verbe est lâché, le geste aussi, avec l’invitation à faire de même « en son nom ».

PRIÈRE UNIVERSELLE

« Attirons le juste dans un piège car il nous contrarie » dit la Sagesse. C’est la parole du mal qui guette ceux qui sont en quête de vérité, de justice et de paix.

Seigneur , donne nous le courage et l’intelligence de construire la fraternité ici et maintenant.

« Des étrangers se sont levés contre moi, des puissants cherchent ma perte : ils n’ont pas le souci de Dieu » dit le psalmiste.

Prenons soin des migrants et des réfugiés qui souffrent de la misère et de la guerre.

« D’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? » demande St Jacques

Que les gouvernants aient vraiment le souci des jeunes chômeurs et que les jeunes du continent africain aient accès à l’éducation et au travail dans leur pays.

« Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci , c’est moi qu’il accueille » nous rappelle Marc

Que chacun de nous apprenne à s’émerveiller, à devenir un sourire de Dieu pour les autres.

La chapelle est fermée pour plusieurs mois à compter du 1er juin

Juil 26, 18
alain

No Comments

Vous le savez : depuis octobre dernier, d’importants travaux de rénovation sont engagés par la SNCF dans “l’aile est” de la gare Montparnasse, notamment dans les étages situés au-dessus de la chapelle Saint-Bernard. Actuellement, l’entrée de la chapelle est masquée par un échafaudage, et le va-et-vient des engins de chantier est incessant sur le parvis de la gare.

Des désordres récurrents nous conduisent, en accord avec le diocèse de Paris, à fermer temporairement la chapelle, le temps de rétablir de bonnes conditions d’accueil. 

Horaires d’été dans les paroisses voisines :

  • messe en semaine (mardi-vendredi) à 12h15 à Saint-Pierre de Montrouge (M° Alésia).

  • messes en semaine (lundi-vendredi) à 18h15 à Notre-Dame des Champs (M° Vavin)

  • messes dominicales les samedi à 18h15 et dimanche à 11h à Notre-Dame des Champs (M° Vavin)

Certaines de nos activités ont été transférées sur d’autres sites

  • le café rencontre est transféré au 92bis Bd du Montparnasse (mercredi, 14h-16h)

  • la prière avec la Communauté de Sant’Egidio est transférée au 39 Bd Saint-Germain (lundi et vendredi à 20h)

  • Regards croisés et Evangile & Actualités sont transférés au 4 Bd Edgar Quinet

 

Dimanche 24 juin – Saint Jean-Baptiste – Messe à la mémoire d’Odile Hornik

Juin 27, 18
alain
No Comments

Dimanche 24 juin 2018 – Saint jean-baptiste – Messe à la mémoire d’Odile Hornik

Odile,

Que de célébrations préparées ensemble … Chaque fois tu venais pleine d’idées et d’entrain.

Le beau, le vrai, des gestes signifiants, les mots de notre temps, pour dire Dieu aujourd’hui, tu y tenais très fort.

Cette célébration nous l’avons préparée sans toi mais ta présence, mystérieuse, nous accompagnait. D’ici-bas  nous nous adressons à toi et te disons merci pour tout ce que tu nous as transmis.

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

 MOT D’ACCUEIL

La mémoire de notre amie Odile Hornik

Le solstice d’été, le feu.

Nous sommes rassemblés pour célébrer tout ceci en cette dernière messe de la communauté Saint Bernard avant la trêve de l’été, en dehors de notre chapelle en travaux, accueillis ici par notre prêtre accompagnateur Pierre Géry et l’association APA. Nous les remercions.

Bienvenue donc à vous tous.  Tous invités à trouver un lien entre ce que nous commémorons ce matin :

Jean Baptiste, le précurseur qui annonce un monde nouveau. Odile, femme lumineuse dont les paroles témoignaient de sa foi exigeante de vérité. Le feu de la Saint Jean, la joie, la lumière.

Que cette eucharistie nous fortifie pour vivre les moments de creux qui nous attendent. Puissions-nous nous retrouver à l’automne dans un esprit constructif cher à Odile pour continuer à faire vivre notre communauté.

 TEXTE DE MÉDITATION

Où donc se cache l’évangile de notre temps ?

           L’évangile est une chasse au trésor dans l’actualité du           quotidien.

        Peut-être pourrions-nous nous débarrasser d’abord d’une idée fixe. Non, l’évangile ne se cache pas forcément dans l’événement religieux. Certes, il est là ; mais pas plus qu’au coin de la rue, dans une salle de spectacle, dans un livre qui nous touche, dans l’événement politique ou dans l’escalier de notre immeuble. Il est partout où est l’homme et donc partout où il se manifeste parce que c’est là que lui se manifeste.

        L’évangile n’apporte pas de réponses, il n’apporte que des interrogations.

        Non, l’évangile n’est pas un livre de référence ; il est le socle d’une cathédrale vivante à construire et pour ce faire nous n’avons que notre vie telle qu’elle est, différente pour chacun, animée, que nous en soyons conscients ou pas, par un Dieu qui n’est plus perceptible qu’en esprit et ne cesse de nous murmurer « veux-tu ? ». 

           L’évangile n’a de vie que la nôtre.

          L’évangile est une flamme dans nos nuits,

          il ne dissipe pas la nuit.

  O.H.

PRIÈRE PENITENTIELLE

-« Le Seigneur m’a appelé » (Is 49, 1)

Depuis notre baptême, nous sommes appelés à témoigner. Pardon, Seigneur, de ne pas en avoir l’audace, de reculer devant l’obstacle.

-« Je me suis fatigué pour rien » (Is 49, 4)

La tentation du découragement nous guette. Pardon, Seigneur d’y trop souvent succomber.

-«J’ai de la valeur aux yeux du Seigneur » (Is 49, 4)

Comment exploitons-nous cette valeur ? Seigneur, pardonne nos insuffisances.

 

HOMELIE

Chers amis,

Je ne vous cacherai pas que la grande figure de Jean Baptiste me fascine…

Au moment de sa naissance, l’entourage s’interrogeait : « que sera donc cet enfant ? »… et voici que l’’Evangile donne la réponse par cette promesse qui vaut pour tout baptisé. :

« la main du Seigneur est avec lui, »

 Il s’appellera « Jean » et non pas Zacharie comme son père. Dans la Bible, le nom exprime la vocation de la personne : Abram devient Abraham, c’est-à-dire « le père d’une multitude ». Jacob voit son nom changé en Israël, c’est-à-dire « fort avec Dieu » ; Simon s’appellera Pierre qui signifie le Roc. Jean signifie en hébreu « Dieu fait grâce ».La naissance de cet enfant annonce que Dieu s’apprête à faire grâce à son peuple. Jean allait inaugurer la grande histoire du salut :

LE MESSIE ALLAIT VENIR.

Oui, chers amis, je suis fasciné par la grande figure de Jean Baptiste parce qu’elle est pour nous aujourd’hui le prototype de tout témoin de l’Evangile. Rien, rien n’aurait été possible sans l’immense humilité de celui que Jésus désignera comme le plus grand de tous les prophètes. Jean dira à propos de Jésus : « il faut qu’Il grandisse et que moi je diminue ». Ces paroles fortes, l’Eglise les a magnifiquement symbolisées en situant la naissance de Jean au temps où le soleil a déjà atteint son point culminant et à partir duquel les jours commencent à décroitre, c’est-à-dire, au solstice d’été. La naissance de Jésus six mois après, sera située au solstice d’hiver, au moment où les jours vont commencer à croitre. « Il faut qu’Il grandisse et que moi je diminue ».

Jean n’était qu’une voix, une voix qui crie dans le désert…. Mais quelle voix ! Une voix forte, puissante, un tempérament de feu… le tempérament des prophètes… un prophète qui ne mâche pas ses mots et qui jusqu’au bout restera fidèle à sa vocation, à sa mission de porte-parole de Dieu.

Jean n’était qu’une voix, mais une voix qu’invitait à écouter la Parole d’un Autre… le Tout Autre. Les foules se pressaient pour l’écouter… fort de ce succès auprès des foules, Jean aurait pu prendre la grosse tête, être tenté de se prendre pour le Messie ou en tout cas de jouer le premier rôle. A la foule en délire qui lui demande qui il est, Jean déclare : «  au milieu de vous il est quelqu’un que vous ne connaissez pas. Moi je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sa sandale » et le lendemain, nous dit l’Evangile de Saint Jean, voyant venir Jésus, il déclare à la foule : « Voici l’Agneau de Dieu… » Jean n’était qu’un doigt, un doigt qui désignait un Autre, le Tout Autre.

Formidable leçon d’humilité, chers amis, non pas de cette forme d’humilité de pacotille, mièvre et sans saveur, infantilisante qui vous donne davantage envie de fui que de croire.

L’humilité selon Jean Baptiste est l’apanage des forts, la manifestation suprême de l’amour.

Jean n’a rien revendiqué pour lui-même. Il a su faire la vérité sur lui-même et en cela il reste et restera le plus grands des prophètes, un témoin formidable de celui qui est, qui était et qui vient.

Chers amis, si vous avez du mal à prier, dites simplement :

Jean Baptiste n’était qu’une voix qui invitait à écouter la parole de l’Autre,

Il n’était qu’un doigt qui désignait un Autre,

Il n’était que l’ami qui se réjouissait de la voix de l’Epoux.

Dans le désert de notre grande ville,

-Seigneur, je voudrais être cette voix,

Je voudrais être ce doigt,

Je voudrais être l’ami qui montre el chemin et qui s’efface alors

pour laisser toute la place.

Alors, oui, chers amis, « la main du Seigneur sera avec vous ».

Pierre Géry

PRIÈRE UNIVERSELLE

R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !

 -Sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. »  (Lc 1, 60)

Elisabeth s’oppose, avec une calme assurance, aux coutumes en indiquant le prénom de son fils, Jean, qui signifie « Dieu fait grâce », rapporte Luc.

Seigneur, souviens toi de toutes celles et ceux qui, de par le monde, ont le courage de ne pas suivre le conformisme sociétal ; aide-nous à les rejoindre. Puissions-nous être tous confortés.

R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !

-Jean disait : « Ce que vous pensez que je suis, je ne le suis pas. Mais le voici qui vient après moi, et je ne suis pas digne de retirer les sandales de ses pieds » (Ac 13, 25)

Jean ne se laisse pas attribuer des qualités et une place qu’il reconnait ne pas être siens, rapportent les Actes des apôtres.

Seigneur, souviens toi de toutes celles et ceux qui vivent dans la vérité et la sincérité ; aide-nous à les rejoindre. Puissions-nous être tous confortés

R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !

Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis, dit le psalmiste. (Ps 138, 14)

Seigneur, en ce jour de mémoire d’Odile, et aussi de Jean Rogues, de Maurice Bellet, de Raymond Godefroy , membres de notre communauté qui nous ont quittés cette année ; en ce dernier dimanche où nous nous rassemblons avant l’été bien qu’à l’extérieur de la chapelle Saint Bernard, nous te rendons grâce pour la vie que tu nous donnes.

R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !

Dimanche 3 juin – Saint Sacrement du corps et du sang du Christ

Juin 06, 18
alain
, , , ,
No Comments

Dimanche 3 juin 2018 – Dimanche du Saint Sacrement du corps et du sang du Christ

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

 MOT D’ACCUEIL

Bonjour, nous sommes rassemblés  dans cette chapelle de l’ancien monastère de la visitation  qui nous accueille, les fidèles de la chapelle Saint Bernard fermée pour  travaux, les membres et amis de l’APA, Association pour l’Amitié, quelques voisins, tous autour du père Pierre Géry pour célébrer la fête du Saint sacrement : le coprs et le sang du Christ.

Jésus se fait nourriture devant toutes nos faims, petites et grandes : faim de fraternité, d’amitié sincère de reconnaissance, de vérité.

Dans un monde où des fractures apparaissent tous les jours : fractures diplomatiques, commerciales, climatiques, que la fracture du pain au moment de l’eucharistie se traduise en communion  fraternelle , en union, en paix pour tous.

Que cette eucharistie nous rende présent le Christ et que sa présence nous rassasie et nous nous nourrisse.

 TEXTE DE MÉDITATION

Le Christ se fait nourriture pour nous.

          L’eucharistie ne consiste pas en ce que l’Esprit de Dieu transforme du pain et du vin en corps et sang du Christ, elle consiste en ce que l’Esprit de Dieu nous rende présent le Christ de sorte que nous puissions nous nourrir de sa présence. Le pain, lorsqu’il reste chez le boulanger, n’est que du pain ; il ne devient nourriture que s’il est mangé, et ce n’est pas le boulanger qui fait que le pain est nourriture, c’est celui qui le mange, le digère et le transforme en en son propre corps. De même, ce n’est pas le ministre consécrateur qui fait que le corps eucharistique du Christ est nourriture, c’est le croyant qui communie  parce qu’il croit que le Christ se fait nourriture pour lui.

             Le vieil adage chrétien l’a depuis longtemps précisé : les sacrements ne sont tels que par la foi et que pour la foi. Il n’y a présence eucharistique que si un croyant s’en nourrit, car c’est que le Christ a voulu être, pas du pain mais de la nourriture. C’est Dieu-avec-nous qu’il a voulu être. Et même s’il se fait pain pour l’être, il n’est Dieu-avec-nous que dans l’acte de nourriture, lequel est notre fait.

Jacques POHIER, Quand je dis Dieu.

PRIÈRE UNIVERSELLE

R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !

-Jésus a béni le pain et le vin lors de son dernier repas. Aujourd’hui, nous te présentons les affamés de notre monde : que tous soient rassasiés de nourriture et de fraternité. Aide-nous, Seigneur, à poser des actes concrets pour ce faire.

R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !

– Jésus a rassemblé ses apôtres pour son dernier repas pascal. Aujourd’hui, le fidèles   reguliers au partage eucharistique à  Saint Bernard sommes inquiets quant à l’avenir de la chapelle et de notre communauté. Prions pour que notre foi résiste malgré les difficultés et que nous gardions confiance en ton Alliance, Seigneur.

 R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !

 -Le goût du pain et du vin évoque la simplicité de la vie. Aide-nous, Seigneur à  retrouver   dans nos vies le goût d’une sobriété heureuse. Et à retrouver dans nos eucharisties une vraie action de grâce, une authentique célébration.

R/Voici nos vies, voici le cœur des hommes pour qu’advienne ton jour !