Tag Archives: accueil

Réponse du Pape François à notre texte “Pour une évolution du langage de la foi”

Août 17, 19
alain
, ,
No Comments

Réponse du Pape François au texte envoyé par le groupe de la Chapelle Saint Bernard

« Pour une évolution du langage de la Foi »

 

Le 26 octobre 2018, le groupe constitué dans le cadre de la Chapelle Saint Bernard (Paris), « pour une évolution du langage de la Foi » a reçu, de la Secrétairerie d’Etat du Vatican, la lettre suivante :

Messieurs, chers amis,

La lettre accompagnée de votre contribution ; « Pour une évolution du langage de la Foi », que vous avez adressée à sa Sainteté le pape François, lui est bien parvenue. Il m’a chargé de vous en remercier. Le Saint Père vous assure de sa prière pour vous ainsi que pour tous vos proches.

Comme il l’a écrit dans l’exhortation apostolique « Evangelii Gaudium », si quelque chose doit saintement nous préoccuper et inquiéter notre conscience, c’est que tant de nos frères vivent sans la force, la lumière et la consolation de l’amitié de Jésus-Christ, sans une communauté de foi qui les accueille, sans un horizon de sens et de vie (n 49) » Aussi, en confiant vos personnes et votre réflexion au Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie,, pour qu’il vous aide à « mieux communiquer la vérité de l’Evangile dans un contexte déterminé » (ibidem 45), en fidélité à la foi reçue des Apôtres, le Saint père vous bénit de grand cœur, ainsi que tous vos proches. Il vous demande aussi de prier pour lui et pour sa mission. Soyez assurés, Messieurs, chers amis, de mon dévouement, dans le Seigneur.

Mgr Paolo Bergin, assesseur

Destinataires. Cette lettre était adressée à MM. Alain Goy et Alain Vivet, qui sont respectivement l’animateur du groupe de travail et le rédacteur du texte, mais aussi, bien entendu, à tous les membres du groupe.

Remarques. Au-delà des remerciements et bénédictions qu’il leur adresse, les membres du groupe apprécient que le Pape, par la plume de son assesseur, fasse référence, à deux reprises, au texte de l’exhortation apostolique « Evangelii Gaudium » et qu’il les associe ainsi à tous les évangélisateurs, auxquels cette encyclique est destinée. Il nous conforte aussi dans la mission que nous nous sommes donnée, celle de mieux communiquer la vérité de l’Evangile dans le « contexte » où nous nous trouvons, c’est-à-dire celui d’une société dont le langage a considérablement évolué au cours des derniers siècles.

De plus, en nous invitant à « rester fidèles à la foi reçue des Apôtres », le Pape François veut, sans doute nous conforter dans l’orientation que nous avons adoptée depuis le début, à savoir celle de rechercher la vérité du Christ dans les textes aussi proches que possible de la vie et de l’expérience des apôtres, plutôt que dans certains développements ultérieurs, trop éloignés de cette époque, et donc moins fiables. En nous recommandant, de manière très spéciale, la lecture d’ Evangelii Gaudium, qui contient des conseils fort utiles pour mieux comprendre la vérité des textes  provenant du temps  des apôtres (cf. § 147) ,François montre qu’il comprend et approuve notre démarche, qui s’inspire aussi de celle de Joseph Moingt dans son dernier ouvrage  ( L’esprit du Christianisme ).

 

Lien sur le texte”Pour une évolution du langage de la foi” :

Pour une évolution du langage de la foi 2017 10 22

Dimanche 23 septembre 2018 – Accueillir …

Oct 03, 18
alain
,
No Comments

Dimanche 23 septembre 2018 – 25ème dimanche du temps ordinaire.

Messe célébrée au 110 rue de Vaugirard

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

Accueillir

 En bon pédagogue, Jésus joint le geste à la parole.

 Il prend un enfant, autrement dit le dernier de tous dans la société de son époque. Il le place au milieu des Douze.

Il l’embrasse, ce qui est la forme éminente de l’accueil d’un hôte dans sa maison.

Accueillir : le verbe est lâché, le geste aussi, avec l’invitation à faire de même « en son nom ».

PRIÈRE UNIVERSELLE

« Attirons le juste dans un piège car il nous contrarie » dit la Sagesse. C’est la parole du mal qui guette ceux qui sont en quête de vérité, de justice et de paix.

Seigneur , donne nous le courage et l’intelligence de construire la fraternité ici et maintenant.

« Des étrangers se sont levés contre moi, des puissants cherchent ma perte : ils n’ont pas le souci de Dieu » dit le psalmiste.

Prenons soin des migrants et des réfugiés qui souffrent de la misère et de la guerre.

« D’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? » demande St Jacques

Que les gouvernants aient vraiment le souci des jeunes chômeurs et que les jeunes du continent africain aient accès à l’éducation et au travail dans leur pays.

« Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci , c’est moi qu’il accueille » nous rappelle Marc

Que chacun de nous apprenne à s’émerveiller, à devenir un sourire de Dieu pour les autres.

4ème dimanche de l’Avent : Dieu entre dans notre maison …

Déc 29, 17
alain
, , ,
No Comments

Quatrième dimanche de l’Avent

Textes du dimanche  (cliquer pour voir les textes bibliques de ce dimanche)

 Mot d’accueil

Bonjour ( bonsoir). Vous êtes tous accueillis en ce 4e Dimanche de l’Avent.

L’Évangile de ce jour nous parle d’une rencontre inattendue. L’ange Gabriel rentre dans la maison de Marie qui,  surprise, voire bouleversée, l’accueille car elle reconnaît l’action de Dieu  dans cette visite.

Que cet accueil de Marie nous fasse réfléchir le long de cette célébration, nous rappelant notre fil conducteur de l’Avent : le devoir d’hospitalité, agrandir l’espace de notre maison, représenté dans notre crèche évolutive.

Vous êtes invités à la regarder  de près, avant de quitter la chapelle et invités  à lire le texte qui l’accompagne.

Nous allumons la quatrième bougie de la couronne de l’avent. Lanterne, symbole de l’hospitalité.

Texte de réflexion

À quoi bon la douce lueur de la crèche

          Si chez nous, nous sommes indisponibles à celles et ceux que nous prétendons aimer ?

          Si, à deux pas de chez nous, les banlieues s’embrasent, les sans-abris meurent de froid ?

          Si, à des milliers de kilomètres de chez nous, des peuples s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la misère, sous les coups de boutoirs aveugles de la mondialisation.

          Il nous faut, pour devenir « Sentinelles de Noël », accepter de vivre la féconde tension entre prière et action, intériorité et engagement, lutte et contemplation.

          Car pour venir naître en ce monde, Dieu a besoin de nos cœurs et de nos mains. C’est à nous de transformer ce monde, pour qu’il devienne la crèche de sa Divine Présence.

          Oui, l’Avent nous convie à la lutte, au combat, humain et spirituel – en nous et autour de nous – afin de rendre cette terre « divinement habitable » !

          Notre tâche de pèlerins en marche vers la Nativité est d’essayer d’offrir un peu de paille chaude, en nous et autour de nous, à la divine Promesse.

          Demandons-nous ce que nous faisons du don de la foi, cette force tellurique de l’amour qui nous sortira de nous-mêmes pour nous projeter vers toutes ces « périphéries » où l’homme attend que nous lui tendions la main et le cœur.

Bertrand  REVILLION, diacre permanent, journaliste et écrivain.

Prière universelle

R/ Viens Seigneur, viens nous sauver !

 -« Marie a trouvé grâce auprès de Dieu ». Seigneur, nous te confions toutes les femmes enceintes. Qu’elles puissent se réjouir de leur grossesse à l’image de Marie et d’Elisabeth.

 -R/ Viens Seigneur, viens nous sauver !

 -«L’Esprit Saint viendra sur Marie et la prendra sous son ombre ». Seigneur, nous te confions les femmes à bout de courage,  abusées, battues, blessées, désespérées.

R/ Viens Seigneur, viens nous sauver !

Par l’ange Gabriel, Dieu rentre dans la maison de Marie. Seigneur, fais que  chacun se sente accueilli, avec ses différences, quand il rentre dans une église, que chacun participe ainsi à la vie quotidienne, à la préparation, au déroulement des célébrations,  en toute confiance. Que nos églises soient des lieux ouverts à la rencontre, à l’hospitalité.

adipiscing ut nunc libero. Sed id amet,